sábado, 19 de noviembre de 2016

Poema agradecimiento a Tomás Morales, Jean Marie Flores.


 


Reconnaissance


Devant l’immense tâche
Cent fois j’ai voulu lâcher
Mais toi, tu m’as dit : lâche
Reprends-toi il ne faut point céder

Ne pas céder à ma redoutable paresse
Ne pas céder au découragement
Que ta volonté soit une forteresse
Reprends-toi, fais-moi le serment.

J’ai relu tes lumineux poèmes
J’ai rêvé tous tes songes
J’ai repris mes phonèmes
Et j’ai haï mes mensonges.

À moi-même je me mentais
J’inventais mes vaines excuses
Le labeur était si alambiqué
Je ne croyais plus à ma muse.

Je n’étais pas seul, non, non !
J’avais quelqu’un sur qui compter
Elle m’encourageait par son bon
Goût et son amour pour la mer.

La mer ! L’océan ! Cet être infini
Qui berçait mon cœur attristé
Quand, lorsqu’arrivait midi
Pour mon malheur je devais te quitter.

Ô cher poète, mon bon ami
Deux ans tu as empli ma vie
Avec toi j’ai marché vers l’infini
Pour toi j’ai écrit cette élégie.

Si ton corps a quitté cette terre
Si en paix il repose dans ton jardin
Ton âme rôde, je t’ai laissé un verre
Que j’ai rempli de bon vin ce matin.
 
Pour toi mon éternelle reconnaissance
Car avec toi j’ai vécu des jours heureux
Te sonder a été une vraie renaissance
Que ces piètres vers montent jusqu’aux cieux.

Permets que ce fils venu d’ailleurs
Imite, voire mal, tes beaux vers
Les écrire a été un grand bonheur
Reçois-les de ma pauvre chaumière

Merci, ô illustre barde canarien
La fragrance de tes roses embaume mes pensées
Tes hommes, ton océan sont aussi les miens
Ils ont hanté mon âme et mon cœur ébranlé.
Merci ! Merci ! Merci ! Glorieux poète canarien, Jean-Marie Florès, Moliets, décembre 2015

El pasado mes de octubre, el Cabildo de Gran Canaria a través de su Departamento de Ediciones lanza la nueva edición francesa de “Las Rosas de Hércules” de Tomás Morales, coincidiendo con los 40 años que cumple La Casa Museo. Una  institución que vela por la difusión del legado de la obra del poeta modernista.  

Oswaldo Guerra, director general de Cultura, Patrimonio Histórico y Museos del Cabildo de Gran Canaria, así como los autores de esta traducción, los ex profesores e investigadores Marie-Claire Durand Guiziou y Jean-Marie Flores sostuvieron que esta nueva entrega puede contribuir a impulsar la emancipación de la obra poética de Tomás Morales hacia otros horizontes lingüísticos y culturales.

Ambos especialistas explican que traducir semejante obra poética “ha sido todo un desafío, un trabajo que requiere mucho rigor y tiempo para interiorizar el mundo mítico pero también intimista de Morales y encontrar los equivalentes más apropiados en francés, buscando en la métrica, la prosodia y el léxico una fuerza similar, una música capaz de reflejar la maestría del poeta canario”.

Al final del acto Jean Marie Flores le dedicó un poema  de agradecimiento al célebre poeta,  Tomás Morales.

Fotos: el poeta Tomás Morales,  Jean Marie Flores y  Marie Claire Durand, así como fachada de la Casa Museo Tomás Morales en Moya, Gran Canaria.